Le design, l’autre lien entre Simracing et Realracing

Il est un domaine peu reconnu en Simracing, comme en Realracing : le design. Et pourtant, la livrée, par exemple, participe autant à l’identification d’une voiture que son numéro ou le nom de son pilote et de son écurie. Enkey Design en a fait son coeur de métier et s’impose de plus en plus dans le paysage de la course simulée ou de sa version réelle. Car le designer, passionné et acharné de nature, n’hésite pas à faire le lien entre les deux mondes, utilisant le Simracing comme un entraînement pour oeuvrer en Realracing. Présentation d’un artiste aux multiples talents, et dont vous connaissez déjà les réalisations.

 

Cela fait deux ans que Fabien Tarakci oeuvre comme designer professionnel sous le nom de Enkey Design, se partageant entre les mondes du Simracing et du Realracing. « Mon envie d’être pro remonte à dix ans et je ne pensais pas à l’époque pouvoir travailler de manière régulière dans le sport auto ». Le débutant commence par se forger une petite expérience en amateur comme peintre chez les copains et connaissances : « en réel, je proposais des livrées un peu plus irréalistes, avec un esprit très Simracing », se souvient-il. Il passe un cap quand il intègre l’équipe qui va lui permettre de se faire un nom : les Virtual Drivers by TX3, il y a 4 ans. « J’y allais tout d’abord en tant que Simracer car c’était la référence à battre sur Forza, mais aussi avec une ambition : devenir le peintre de la Team, ce qui est arrivé mais bien plus tard ». Pour les TX3, il fait vêtements, logos, livrées de voitures pour console et PC, y compris pour iRacing« très difficile à faire par rapport à Project Cars et Assetto Corsa. Les fichiers sont découpés bizarrement ». Il participe également au développement de la charte graphique pour le site.

Mais cela ne lui suffit pas et il se met au service de pratiquement toutes les teams françaises : BAM e-sport, Team Shark Racing, Team Starlux, PSF Racing… Ce qui lui a appris, entre autres, à respecter des contraintes, une certaine confidentialité, à affiner des supports déjà existants pour les rendre plus propres et plus percutants… Il comprend aussi que le Simracing n’est pas forcément un monde de Bisounours : certains acteurs (non cités ici) n’hésitent pas à s’approprier son travail sans le reconnaître. Des expériences qui lui permettent de progresser et des enseignements qu’il met en pratique en Realracing.

 

Se faire connaître et reconnaître

Il peut ainsi travailler en partenariat avec des équipes telles que la Speed Racing Team ou des pilotes comme Matthieu Vaxivière, actuellement engagé en Formula V8 3.5, au sein de l’équipe SMP Racing : « il est un représentant de choix pour ma marque, car il a de très bons résultats ! »  Il voit aussi régulièrement Olivier Pernaut, pour qui il a préparé une livrée : celle de la voiture qu’il alignera lors du prochain Trophée Andros. « Le client est satisfait en général. Si ce n’est pas le cas, je n’hésite pas à tout recommencer ». Il faut dire que, hormis ses compétences, Fabien Tarakci sait aussi très bien s’entourer. Il travaille avec des pointures, selon lui les meilleurs peintres de France : BS Designs et Whatatam notamment. « Je certifie ainsi à mon client la bonne réalisation de son support ». Un souci de la qualité qui lui vaut certainement de pouvoir préparer actuellement quelques voitures qui participeront à l’édition 2017 des 24h du Mans ! « Lorsque les gens me demandent comment je fais pour travailler avec d’authentiques équipes de course, je réponds : c’est simple, tu te bouges et tu vas sur les circuits ». Et cela semble payer, puisque les professionnels commencent à mettre un nom sur un visage et à reconnaître sa « patte ».

C’est donc avec beaucoup d’acharnement que Enkey Design mène son affaire. A tel point qu’il est aujourd’hui, apparemment, le seul à faire de la communication à 360° pour les Teams et les écuries : casque, livrée auto, kart, Internet (sites multi-langues, référencement, e-commerce), vêtements, plaquettes, dossiers sponsoring, identité visuelle… « Et bientôt, je serai également en mesure de proposer du Community Management ».

 

S’améliorer en permanence

Vous l’aurez compris : le designer veut encore progresser, que ce soit en termes de clientèle que de compétences. « Je regarde toujours ce qui se fait de mieux par ailleurs. Pas par jalousie. Plus maintenant en tout cas. Cela a été un vrai travail sur moi », avoue-t-il avant de poursuivre « ça me pousse surtout à me dépasser, à toujours me remettre en question. C’est un entraînement comme en Simracing ». Et comme Enkey Design voit très loin, il prépare actuellement un gros événement ESL pour courant 2017, où le réel et le virtuel se rencontreront. Plus de détails sont à venir.

Pour en savoir plus sur Enkey Design, vous pouvez consulter dès maintenant :

 

5 commentaires

Et vous, qu'en pensez-vous ?