Un levier qui en cache un autre

Le rallye est une discipline particulière du sport auto qui demande un outillage adapté. Les fans de Rallye, de WRX ou de drift doivent être dingues suite à la présentation du dernier produit Thrustmaster, le TSS Handbrake Sparco Mod. Or j’ai eu la chance d’y avoir été invité par Thrustmaster à Lohéac le 25 janvier dernier. Mon but premier est de vous raconter cette journée, mémorable pour des tas de raisons, ce que j’ai compris, ce que j’en ai retenu. Mais vous me connaissez, j’en dirai sûrement un peu plus…

Thrustmaster fabrique des accessoires pour les jeux vidéos. Elle fait partie du groupe Guillemot, installé à l’origine à Carentoir dans le Morbihan. Pour l’anecdote, mes parents ont acheté là-bas mon premier « ordinateur », un Commodore 64, ainsi que mon premier jeu de course, Revs. En 1984, j’aimais déjà la course auto, mais je suis devenu simracer à cet instant. Un peu plus tard j’ai découvert dans un magazine (internet n’existait pas encore) que Guillemot fabriquait un volant, le Ferrari Force Feedback Racing Wheel. Je n’avais pas de PC, mais je l’ai acheté quand même, c’était une évidence en fait. D’autant qu’en 1996, le seul volant concurrent était le tank de Microsoft, le Sidewinder Force Feedback. Aujourd’hui si je ne suis pas équipé en Thrustmaster, c’est qu’en 2005, au moment de changer mon vieux Guillemot, j’avais envie d’un embrayage. Il m’a fallu m’exiler vers la Suisse. Mon G25, devenu G27, est désormais vieillissant. En tant que média, en tant que joueur, il est naturel de guetter chaque nouveauté de Thrustmaster, qui a toujours eu une gamme attractive sur les produits dédiés au Simracing.

Une belle journée à Lohéac

Thrustmaster nous avait concocté un joli programme. Le matin leur nouveau produit nous a été présenté, en compagnie de nombreux acteurs du Simracing. Des pilotes, comme par exemple Greekman (finaliste eSports WRC 2017), Nexl (vainqueur eSports WRC 2017), David Greco, Asix, Anto, Hornet. Des équipes avec la BAM eSport, la Team Shark, les Virtual Drivers by Tx3. Des médias comme Team VVV, les Numériques ou JV.com, ou nous-même, quelques youtubers Digiprost, Maxou le Pilote, ou FloEB, et même des représentants des éditeurs, comme Bandai France ou Codemasters. Nous sommes installés sur des bancs de messe devant les produits qui sont encore cachés. Gilles Raulet, Directeur du Développement Produits Thrustmaster, prend la parole et dévoile le TSS Handbrake Sparco Mod. Greekman s’installe dans un cockpit Sparco avec un TSS en mode frein à main, et l’autre en mode séquentiel. A ce niveau on peut parler de démonstration. Ensuite viennent les questions-réponses, et nous approchons du produit pour l’observer et le prendre en main. J’y reviendrai un peu plus loin.

Pour l’heure du déjeuner Thrustmaster a eu l’excellente idée de faire venir un food truck de galettes et de crêpes. Les invités Belges, Anglais, Américains, Allemands, Grecs ou Italiens ne devaient pas connaître cette spécialité culinaire bretonne. L’après-midi nous avons été divisés en plusieurs groupes pour passer dans les trois ateliers prévus. Le 1er pour visiter le Manoir de l’automobile de Lohéac, le second pour faire demi-tour au frein à main sur une DS3 avec un instructeur, par ailleurs abonné de Maxou (le monde est petit), le 3ème groupe roulera sur des cockpits avec des combos TSS-Sequentiel / TSS-Handbrake ou des TH8a / TSS-Handbrake sur WRC7, Dirt4, PC2 ou Assetto Corsa. Bref, du Rallye, du rallye-cross, ou du drift.

Autant vous le dire tout de suite, je n’ai pas réussi l’atelier demi-tour. Avec le recul, je suis certain qu’il me manquait au moins le regard vers le cône de sortie. Autant je ne crains pas de le faire avec un ordinateur, autant il n’est pas facile, même avec un moniteur super sympa, de le reproduire avec le poids et l’inertie d’une voiture. Voilà pour la déception de ma journée. Par contre je vous assure que visiter le musée au côté de Maxou le Pilote, véritable bible du sport automobile, est un vrai plaisir. Lohéac, il est vrai, c’est au milieu de nulle part. Même moi qui habite juste à côté je n’avais pas pris le temps d’y venir. Le nombre de véhicules est tout bonnement incroyable. Ce qui l’est plus encore, c’est qu’il s’agit d’une collection privée, dont quasiment tous les véhicules appartiennent à Michel Hommel, patron de presse, qui possède notamment Auto Hebdo ou Echappement.

Venir à Loheac était aussi une belle occasion de rencontrer Christophe Urbanik, Directeur Marketing et promotion des ventes France de Thrustmaster. Depuis quelques mois, je cherchais à profiter de ma proximité géographique avec leurs bureaux pour essayer d’organiser l’enregistrement d’une interview. Cette journée nous aura permis de la caler. Il n’est pas si courant d’avoir la chance de discuter en face à face avec un fabricant qui cherche à répondre à nos besoins, celui des joueurs que nous sommes. Nous vous la proposerons à l’écoute dans les semaines à venir…

Caractéristiques techniques

Depuis quelques mois, Thrustmaster se montre plus présent sur la scène des produits avec notamment un partenariat Sparco très prolifique. Dernièrement nous avons eu droit à une base TS-XW Racer Sparco P310 Competition Mod, ou la roue Rally Wheel Add-On Sparco R383 Mod. A Lohéac le partenariat se poursuit avec cette présentation. D’un côté je n’étais pas surpris par le design du TSS Handbrake Sparco Mod, car comme beaucoup, j’avais découvert une photo-produit qui avait fuité sur un site coréen. Comme Skape, du Simrace-Blog, j’ai cru à un fake. En le découvrant pour la première fois j’ai d’abord été surpris par ses dimensions. Une photo-produit ne rendra jamais l’échelle, ni l’impression de la qualité perçue. Ce frein à main est vraiment massif, il n’a rien d’un jouet. Les caractéristiques sont pourtant explicites : le TSS Handbrake pèse 2.5 Kg, il est composé de 90% de métal. Il faudra tirer 8 kg pour que le levier en aluminium arrive en butée.

Ce produit, qui peut au choix passer du mode Handbrake au mode séquentiel, s’adresse évidemment à tous les fans de rallye, de WRX ou de drift qui pourront choisir la hauteur ou la position du levier, et l’intégrer dans leur cockpit grâce à des vis m6. Compatible avec tous les volants de la marque, il est évidemment utilisable sur d’autres bases avec un adaptateur USB (fourni). Du côté de la fiabilité, Thrustmaster a choisi de poursuivre avec la technologie HallEffect AccuRate Technology « H.E.A.R.T. ». Déjà vu sur le levier de vitesse TH8a ou sur le T300RS, le frein à main intègre des capteurs magnétiques plutôt que des potentiomètres, pour en garantir une longévité maximum, sans la dégradation due à son utilisation, puisqu’il n’y a aucun contact mécanique.

Pour l’instant disponible uniquement sur PC (Win 7/8/10) au prix de 249.99 € sur l’e-shop Thrustmaster, les consoles Xbox et Playstation devront attendre quelques mois, même si un add-on est bien prévu.

Mon avis

Au début des années 2000, j’ai beaucoup pratiqué le rallye sur les terres britanniques, avec Rally Championship 99. Depuis je me suis orienté vers le circuit. Je ne dois pas être le seul d’ailleurs, puisque les rallyes représentent environ 10% des sessions, selon les gérants de salles. Il est vrai que la conduite dans des spéciales longues en rallye, ou courtes en WRX, demande des compétences spécifiques de concentration et de pilotage. A dire vrai, je ne me sens pas comme la cible typique. Le frein à main est vraiment un équipement spécifique des pilotes de rallye, comme ceux de Rallyesim par exemple. Leur communauté a dû déjà regarder les caractéristiques, et j’aimerais bien connaître leur retour, via les commentaires de cet article, par exemple.

J’ai quand même pu rouler sur les combos qui étaient en place. Ceux-ci faisaient la part belle à un équipement Sparco, avec un volant, cockpit et deux TSS, l’un installé au séquentiel et l’autre en frein à main. Sur la piste de Lohéac avec Dirt4, il était possible de décoller au drapeau vert avec le frein à main grâce aux éditeurs des jeux qui ont déjà intégré le TSS dans Dirt4 , WRC7, Project Cars 2 et Assetto Corsa. Je l’ai également testé en mode drift, configuré à 45 degrés plutôt qu’en vertical. Évidemment j’ai pas mal tourné en rond, cependant j’ai réessayé d’appliquer les conseils de l’instructeur de la piste de Lohéac pour réussir mon demi-tour (il aurait fallu que je retourne tester la DS3 pour voir si j’étais plus à l’aise). Après ces tests, je conseille de suite à ceux qui souhaitent l’acheter, de l’intégrer au plus près de la main – il m’arrivait souvent de chercher du regard les leviers par manque d’habitude – dans un cockpit rigide pour éviter la bascule du support. Cela aura une grande influence sur le confort et l’immersion de pilotage. Sinon, le feeling par rapport à un réel frein à main hydraulique me semble fidèle, que ce soit dans sa progressivité, sa résistance ou sa taille.

Concernant le tarif, 250 € seul ou 500 € si vous voulez le combo frein à main / boite séquentielle, Thrustmaster se place clairement en haut de la gamme de prix. Quand le T500 était sorti il y a quelques années, Thrustmaster avait déjà proposé un produit en décalage avec l’offre habituelle. Malgré son tarif, le produit avait alors trouvé son marché et permis la découverte d’une demande pour des volants bien plus qualitatifs. On dit souvent que le simracing est une niche. Le simracing rallye est une niche dans la niche, mais les simracers devraient être ravis d’avoir un fabricant qui leur propose un produit adapté à leur pratique.

Pendant cette journée Thrustmaster est toujours resté très accessible, à l’écoute des simracers, médias, ou influenceurs.  Ils ont bien sûr entendu le besoin d’un pédalier 2 ou 3 pédales pour remplacer un T3PA Pro, qui accuse les ans désormais. Un pédalier à capteur de pression sur le frein, ou une base de volant Direct Drive. Cependant il faut j’imagine, rester dans un tarif défini. J’ai bon espoir, les sourires des responsables Thrustmaster sont de bon augure. Nous sommes en début d’année, je verrais bien de nouveaux produits de cette qualité-là. En attendant, comme je suis curieux de nature, je suis allé fouiller le site de Sparco, et je dois reconnaitre que j’aime assez le set de pédales Reflex. Je dis ça, je dis rien, je donne juste des idées…

Crédit photos : Live-Sim / Vicos35

7 commentaires

  1. Merci pour ce retex (que j’avais déjà aperçu sur le site de Maxou).

    Lohéac, c’est énorme ! J’y suis passé en Juillet dernier et j’ai pris une vraie baffe, aussi bien en nombre qu’en qualité de voiture ! Voir toutes les mythiques groupe B ensemble, la salle des formules 1, les très anciennes, les bateaux, les maquettes et les reconstitutions de lieux, c’est complètement dingue ! Il y a là-dedans un côté obsessionnel . Je pense qu’il faut aller à Mulhouse pour voir encore au-dessus.

    C’est vrai qu’on a envie de crier à Thrusmaster : « Pédalier ! Pédalier ! Pédalier ! »; car c’est vraiment le gros point faible de leur gamme. Oui, on peut s’équiper chez Fanatec ou Heusinkveld, mais ce serait quand même plus pratique de brancher un pédalier dédié directement sur le moteur de volant. Alors, un simple kit load-cell pour remplacer le patin caoutchouc déjà existant ou un pédalier complet (les deux seraient bien, en fait), je ne sais pas, mais qu’ils fassent quelque chose !

  2. Only PC… a ce prix là même pas en rêve

  3. Un grand merci à Thrustmaster pour leur investissement et nous aider à rendre notre passion encore plus vivante

  4. Super article !! Et sacré belle journée !!
    Thrustmaster s’attaque au segment haut de gamme avec ce produit et il sera intéressant d’avoir des avis d’utilisateurs ainsi qu’une comparaison avec les produits Fanatec et autres..
    On verra sur Rallyesim si nous auront des utilisateurs..
    En tout cas merci Jacky !!

  5. Merci pour les commentaires
    J’ai même appris un nouveau mot (retex)

  6. You’re welcome…;)

  7. Hello, sans oublier ceux qui travaillent sur le fond pour faire découvrir la discipline au plus grand nombre, mais çà demande du temps, de l’investissement et des moyens !

Et vous, qu'en pensez-vous ?